Le rhum TOWT importé à 100% par voilier !

TOWT, pour TransOceanic Wind Transport, est un transporteur Français qui a quelques miles nautiques d’avance sur son temps. Paradoxal me direz-vous lorsque l’on parle de transport à la voile sur des vieux gréements. Pourtant, en tant que marins, l’équipage de TOWT connaît bien la métaphore : l’humanité serait l’équipage du Titanic qui foncerait tout droit sur l’iceberg de la fin des énergies fossiles, à pleine vitesse et en ignorant tous les avertissements. Bien sûr, beaucoup d’entre nous sont sensibilisés aux problématiques environnementales et participent à leur manière en favorisant les produits écologiquement responsables ou même Bio. Mais par exemple : un café Bio c’est super, c’est meilleur pour l’environnement, donc pour les cultivateurs et finalement pour les consommateurs. Mais quand ce café doit traverser l’Atlantique à toute vitesse sur un énorme cargo qui engloutit des tonnes et des tonnes de gasoil, est-ce qu’il n’y a pas quelque chose qui cloche ?
 
C’est en cela que TOWT propose une démarche responsable et cohérente de bout en bout, en appliquant le retour aux méthodes anciennes jusqu’à l’étape cruciale du transport. On comprend alors aisément que le transport à la voile, à la seule force du vent et des hommes, est une piste sérieuse de développement durable. Au-delà de cela, la notion d’équipage implique un message de dimension sociale, à l’encontre de la tendance à l’automatisation. Le bateau à voile est avant tout une histoire d’hommes, de cohésion et de solidarité inconditionnelle. Enfin, le développement durable permet un réapprentissage des vertus de la patience, par opposition au besoin insatiable d’immédiateté que la consommation de masse procure. Savoir patienter, c’est aussi mieux comprendre la valeur des choses pour mieux les apprécier, ce qui est d’autant plus vrai quand il s’agit de produits exotiques.
 
Alors, le transport à la voile, argument marketing ? Oui bien sûr, sauf que l’imaginaire véhiculé est ici bien réel. Nous avons un rhum de Marie-Galante (une île très rurale où la canne est toujours transportée en cabrouet à bœufs) qui traverse l’Océan Atlantique avec de vrais marins sur de magnifiques bateaux à voile (quelques photos ici) dans des conditions parfois dantesques.
 
Revenons d’ailleurs plus en détail sur ce rhum : il s’agit d’un rhum agricole (donc fait à partir de pur jus de canne fermenté) qui a passé 4 ans en foudre, une sorte de grande cuve en chêne, dans les chais de la distillerie. Cette maturation permet au rhum blanc de s’assouplir et de se parer d’une robe couleur paille.
 
Avant d’être chargé sur le bateau, il a été transféré dans d’anciens fûts de Bourbon (beaucoup plus petits que les foudres) ayant contenu du rhum vieux Cubaney de République Dominicaine. L’équipage avait sélectionné ces fûts sur l’île lors d’une escale prévue pour acheter du café. La traversée jusqu’au port de Douarnenez a ensuite duré 70 jours, période durant laquelle le rhum a subi le roulis de l’océan et connu ainsi un contact accru avec le bois. Après une période de repos, deux fûts ont été embouteillés en single cask fin Août 2016. Les autres fûts seront embouteillés petit à petit, ainsi chaque single cask aura une maturité propre et donc des caractéristiques différentes. Le temps en fût reste relativement court, à moins que l’équipe de TOWT ne décide d’en « oublier » un pendant quelques années. Le rhum conserve ainsi son caractère bien trempé et plutôt jeune. Encore une fois, c’est l’aspect éthique et authentique du produit qui prévaut, l’équipage de marins étant finalement un maître de chai et un embouteilleur occasionnels. Transporté à un taux d’alcool de 60%, le rhum est réduit à 50% avec de l’eau bretonne des Monts d’Arrée.
 
Je vous propose maintenant un retour de dégustation du troisième fût qui a été embouteillé en janvier 2017, en cliquant ici.
 
Nico de l’équipe Rhum Attitude

1

Pas encore de commentaire

Faire une réponse