Le tour du monde du rhum de Laura – Guadeloupe versus Marie-Galante : Le match!

Le tour du monde du rhum de Laura – Guadeloupe versus Marie-Galante : Le match!

I AM BACK et je vais vous parler de mes dernières trouvailles à Gwada, et pour se faire j’ai très envie de faire monter sur le ring la Grande Terre alliée à la Basse Terre face à Marie-Galante pour un combat « Rumtrier » !

Dans le coin bleu : les rhums Bologne, Karukera et Damoiseau représentent la Guadeloupe, face aux rhums Bielle et Bellevue qui dans le coin rouge représentent Marie-Galante

Le jury sera intraitable, il a l’habitude de ce genre de combat, et a acquis son expérience  lors d’un incroyable voyage : 49 distillerie en 9 mois dans 21 pays de la planète Terre… rumtheworld.com

Le gagnant sera déterminé selon les 4 critères suivants :

  • La qualité des matières premières
  • La qualité des installations et des processus
  • La variété de la gamme
  • Le nez et goût

 

Prêt ? … RHUMEZ !

 

1er round : la qualité des matières premières

La Grande Terre est un très bon poids lourd, dotée d’un terrain peu escarpé et de beaucoup de soleil, elle est connue pour être le bassin cannier de la Guadeloupe, le BRIX est élevé autour de 20/21 (g de sucre pour 100g de jus). Sa culture est propre et classique, un poil mécanique mais efficace. Du côté de Basse terre, Karukera approvisionné par Longueteau, a pris un bel avantage… Francois Longueteau, l’agriculteur du rhum, a développé, à force de travail, une canne de grande qualité.

En face d’elle, nous avons Marie-Galante (MG), poids-plume, produisant une canne élevée à la vieille école, sur une île dont le climat (sec et ensoleillé) et le relief (plat) se rapprochent de l’idéal pour la culture de la canne à sucre.

Sur le papier, les jeux ne sont pas faits, mais MG possède une belle technique, notamment avec ses nombreux coupeurs indépendants qui travaillent encore à la main et livrent de la canne longue aux 3 distilleries.

C’est cette canne longue qui a une meilleure endurance et permet de faire face à l’attaque des bactéries qui donne le point à MG.

 

2ème round : La qualité des installations et des processus

Damoiseau semble posséder tous les atouts pour donner du poids à la grande terre face à MG. Les installations sont massives, une grande productivité qui ont fait de lui le premier producteur de l’île.

Mais c’est sans compter sur l’uppercut de Bellevue, qui, se sentant acculée en 2001, décida d’investir 5 millions d’euros pour remettre à neuf sa distillerie en préservant sa vieille machine à vapeur (104 ans) et son moulin à vent.

Le coin bleu se releva et répliqua avec sa Tortula, ce champignon qui apporte du caractère au rhum Damoiseau…

MG, n’ayant peur de rien, esquiva de justesse l’attaque directe portée par Tortula et répliqua avec des process audacieux chez Bielle : l’alambic utilisée pour la fabrication de Rhum Rhum, unique dans le paysage des rhums agricoles des Antilles…

Match nul suite à ce round, où les 2 coins ont montré de belles forces de frappes.

 

3ème round : La variété de la gamme

Malheureusement, l’outsider de MG n’a pas pu résister aux attaques puissantes et renouvelées de Damoiseau, doublées par Bologne et triplées par Karukera, avec une gamme allant du blanc à 40%, 45%, 50%, du silver (plus neutre), jusqu’au rhum vieux et très très vieux : la carafe 1953 de Damoiseau en est le plus bel exemple. Bielle a bien essayé de sortir son 59% qui aurait pu faire tourner la tête de ses adversaires, mais rien n’empêcha l’issue tant redoutée par le coin rouge et ce fut le KO.

 

4ème round : le nez et le goût

Ne pensez pas que le combat soit terminé, les deux battants sont là et ne lâcheront rien avant le gong final…

Ils commencent à s’affronter sur les blancs. MG envoie une série de crochets courts à ses adversaires, avec ses rhums blancs à 59°, puissants et excessivement aromatiques, les grands de Basse et Grande terre se retrouvent dans les cordes. Mais rien n’est joué, le corps à corps ne fait que commencer…

Les rhums vieux de MG rentrent sur le ring, à coup de 1821, de Libération par Rhum Rhum, de carafe Olympe et Extra vieux 94 chez Bielle, entre autre, face à l’armada de bruts de fûts et millésimes Damoiseau épaulée par la cuvée Christophe Colomb et la réserve spéciale de Karukera.

Mais l’enchainement présenté par MG a touché le cœur du jury et lui permet de se voir attribuer le point final, le point de la VICTOIRE !

 

Un match qui restera dans les annales, du grand spectacle qui laisse une belle longueur en bouche….

Réjouissons-nous de l’ère qui s’ouvre. Avec ses atouts et la premiumisation du marché du rhum, je pense bien que la Guadeloupe dans son ensemble participe à redonner un élan incroyable à la noblesse du rhum agricole. Les possibilités sont immenses et espérons que notre région française du soleil va s’imposer dans le paysage rhumier mondial.

 

Pour plus d’infos, plus d’articles, plus de fun et plus de kiff, rdv sur rumtheworld.com :

 

Kiss kiss boum boum,

 

Laura, la globe-trotteuse du rhum

3
Commentaire

Faire une réponse